Le suicide, un deuil pas comme un autre

par | 26 Fév 2024

Mains tendues sur fond bleu - Institut deuils doulas de fin de vie France

Le suicide, un choc brutal, et après ?

Une mort tragique.

Le suicide : un deuil pas comme les autres, un cancer de l’âme qui ne se voit pas. Le suicide d’un proche est une porte qui se ferme et il faut aider ceux qui restent.

Le suicide est un choc extrême :
« on n’était pas préparé à ca, on n’a rien vu venir, c’est dramatique ! »

Si j’avais su, si j’avais été là, si ‘il m’avait laissé supposer quoi qu ce soit, alors peut-être que …

Le ciel nous tombe sur la tête, un véritable séisme, nous ne comprenons pas. Toutes les émotions se choquent et s’entrechoquent dans notre cœur.

Il faut du temps pour se rendre à l’évidence, pour réaliser l’inacceptable.

Incompréhension:
« il n’a pas pu nous faire ca à nous! »
Mais pourquoi, j’étais pourtant si proche

La peine après le suicide
On ne surmonte jamais un suicide. Vous devez apprendre à vivre avec celui-ci. Le pire est de ne pas savoir pourquoi. « Si seulement je pouvais dire qu’il était déprimé, ou voir un psy, ou n’importe quoi qui pourrait l’expliquer, je me sentirais mieux. Mais je ne sais pas pourquoi il l’a fait »

Les proches se posent mille et une questions;

Alors que nous avons souvent dit à juste titre qu’il n’y a aucune situation plus ou moins difficile, c’est juste différent.

Il y a certaines situations qui sont particulièrement difficiles, notamment la perte d’un enfantpar décès par suicide. Quand ces deux situations se rencontrent, cela peut être un coup dévastateur aux «survivants du suicide »

Le suicide dans le monde

Quelques données sur les probabilité de suicides et il est important de soutenir les survivants de ces proches suicidés :

· Chaque jour, partout dans le monde, plus de 1000 personnes se suicident.

· On estime que pour chaque suicide, il y a 15 tentatives infructueuses

· Les hommes blancs âgés de plus de 50 ans représentent environ 10% de la population, mais comptent pour 28% du total des décès par suicide

· Les hommes se suicident trois fois plus que les femmes, mais les femmes tentent de se suicider cinq fois plus que les hommes. La plupart des tentatives de suicide sont faites par les femmes entre 20 et 30 ans.

· Les tendances suicidaires tendent à se répéter dans les familles, mais on apprend que ce n’est pas génétique. Souvent, il est inconsciemment suggéré comme un moyen de faire face aux moments accablants.

· Ceux qui parlent de suicide le font souvent. Le suicide arrive RAREMENT sans avertissement.

Le processus de deuil

Quand quelqu’un se suicide, le processus de deuil pour les victimes est différent dans au moins 2 façons.

1) La période sombre et de déni sera plus longue, augmentant la durée du processus du deuil;
2) et s’ajoute le fardeau supplémentaire de comprendre la motivation de la mort.

Pour les survivants du suicide, le processus de deuil est plus particulièrement long compte tenu de la complexité des problèmes avec lesquels luttent les survivants. Cela signifie que, un an après la mort, le survivant peut encore être dans les profondeurs de son chagrin, alors que la société s’attend à ce que le deuil soit terminé.

La persévérance est également nécessaire parce que, pour de nombreux survivants, la confiance fondamentale dans les relations avec les autres a été rompue lorsque la personne se suicide. Cela signifie qu’il est souvent difficile pour eux d’établir de nouvelles relations, car ils sont prudents pour de nouvelles rencontres.

Une des différences dans le processus de deuil après le suicide est que l’acte implique un choix conscient, qui est différent de la mort subite par accident ou un cancer. Il y a cet élément de «choix plutôt que d’une chance» qui complique le processus du deuil.

la nouvelle provoque une onde de choc et des sentiments s’emmêlent comme

Honte – « Qu’Est-ce que les gens penseraient de moi s’ils savaient que mon enfant, mon mari, mon père… s’est suicidé? »

Blâme – « Je dois avoir été un mauvais parent si mon enfant s’est suicidé! »

Culpabilité – « Je remarqué qu’elle était déprimée. Pourquoi n’ai-je rien fait? »

Colère – « Comment a-t-il pu me faire ça? » Vous avez vu la vie de votre bien-aimé comme viable; ils ont vu les choses différemment et ont choisi de mourir. C’est difficile à comprendre et impossible à supporter. Très souvent, après l’incrédulité, la réaction suivante est la colère et l’indignation. Le survivant peut sentir que le défunt a agi avec mépris à leur égard. Ou peut-être qu’il se percevait comme mal-aimé. De toute façon, nous nous demandons pourquoi il n’a pas vu comment cela serait blessant, ou pourquoi il n’a pas cherché d’alternatives.

Peur – « Est-ce que mes autres enfants pourraient finir par se tuer aussi? »

Soulagement – « C’est enfin terminé! » (Ce sentiment est plus évident dans les cas où la personne décédée était abusive ou a une longue histoire difficile de la maladie mentale.)

Rejet – « Je suppose qu’il ne se souciait pas vraiment de moi ou il serait encore en vie. »
Désespoir- « Pourquoi devrais-je continuer? »

Confusion – « Comment est-ce possible? Je l’ai juste vu hier et elle avait l’air bien ».

Isolation – « Je me sens tellement honteux et coupable de la mort de Joe que je ne veux pas voir personne. Je parie qu’ils me blâment pour sa mort. »

Accompagner les endeuillés

S’accompagner après une perte d’un être proche après un suicide est important .

La personne aimée a fermé la porte de la vie et vous rester seul derrière cette porte.

L’objectif initial est de permettre à la famille de raconter leur histoire sur la mort de leur proche ou d’un ami. C’est en racontant leur histoire en détails un certain nombre de fois que des processus clés du deuil sont susceptibles de se produire, ceux-ci étant:

1. Chaque personne va commencer à donner un sens au suicide (un début pour l’éternelle question « Pourquoi? »)

2. Chaque personne va commencer à ressentir un certain soulagement grâce à la reconnaissance, l’identification et le travail à travers leur sentiment de perte.

3. Chaque personne va commencer à créer leur propre compréhension de ce qui est arrivé.

En autre, le soulagement se produira à travers l’expérience de parler dans une atmosphère positive qui permet l’expression de tous les détails, les sentiments et les pensées liés à la mort.

Un des avantages de traiter les questions relatives à la douleur par le suicide, dans un contexte de groupe, (familiales ou autres), est que l’isolement que cette douleur peut produire sera réduit grâce à des gens qui se réunissent pour parler de leur expérience.

D’où l’importance de proposer des cafés deuils ou rencontre pour faciliter la parole.

 

Vous envisagez de devenir doula de fin de vie ?

vous cherchez une doula pour vous accompagner ?